Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 17:40

 

Repost 0
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 10:42

 

Repost 0
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 18:28

 

Repost 0
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 17:17

C'est bien agréable de ranger une bibliothèque.

J'ai fais ça ce matin. J'avais l'impression de répéter le défilé du 14 juillet.

Les grands livres avec les grands livres, le petits aussi, ainsi que pour les gros et les maigres.

Sur une étagère recouverte de feuilles d'or, j'ai déposé avec une génufléxion à chaque fois, Richard Brautigan, Hubert Haddad, et Kostan Zarian ainsi qu'une dizaine d'autres, en faisant semblant de ne voir qu'eux .

Ensuite j'ai reculé de trois pas, au garde à vous pour respecter une minute de silence en mémoire des livres encore à lire.

La cérémonie s'est conclue par le chant des partisants du livre, sauveur du monde.

myosotis

Repost 0
Published by haira - dans journal intime
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 17:25

Papillon-Jean est revenu très tôt cette année. C'était à midi, tandis que je relisais "L'épaule des cavaliers" d'Alain Emery chez Jacques Flament éditions*. Il s'est posé sur la fine tranche de ce petit livre quelques instants, puis s'est envolé en faisant le tour de ma tête avant de disparaître au-dessus du grand chêne vert.

Papillon-Paul n'est pas encore venu. L'an passé ils étaient arrivés ensembles comme deux garnements en goguette dans leurs costumes de fête multicolore.

Mes chers disparus reviendront me saluer plus tard, quand la lumière de l'été les conduira encore.                                                                                                          hah

 

*http://www.jacquesflament-editions.com


Repost 0
Published by haira - dans journal intime
commenter cet article
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 23:38

Vous avez déjà vu un macchabé m’sieur ? Moi non plus, enfin si oui, mais, pfff y a…une éternité…sans parler de la famille. C’était des « fels », dans le djebel ; j’en ai rêvé pendant des jours et des jours…j’ai cauchemardé longtemps encore, les victimes sont toujours en embuscade au détour de la mémoire quand on croit en avoir fini avec la corvée d’bois …non de dieu quel merdier, vous avez fait la guerre d’Algérie vous ? Non, vous êtes trop jeune c’est bien, je veux dire après tout ça vaut mieux, ils nous ont fait faire un boulot dégueulas ; enfoirés ! J’vous dis pas. Ils appelaient ça le maintien de l’ordre, et bé merde alors, cet ordre là, a rien rangé du tout, mais déglingué une génération, minimum…Fallait pas y aller, c’est tout. Fallait pas. Ouais facile à dire maintenant, mais je n’avais pas encore appris a dire non. C’n’était pas dans les règles a la maison…alors…Et le Lucien d’Arras…non d’Abbeville, avec sa jambe arrachée par leur putain de mine, y gueulais même pas, il disait tout doucement, maman, maman ma maman. Comme ça jusqu’ ce qu’il tombe dans les pommes. A la place d’un verre de ses lunettes, il y avait un éclat métallique qui lui entrait dans l’œil, comme une flèche au cœur d’une cible.

C‘est la légion qui l’a emmené en hélico a l’hôpital de Bel-Abbès. Je crois bien qu’il est mort d’ailleurs. Et pas tout seul, il y avait aussi… mais j’vous emmerde avec mes histoires, oh allez vous pouvez l’dire, on l’a tellement entendu ce « fais pas chier avec ton djebel pourri »…alors on a vite arrêté de faire chier. On a fermé nos gueules. Et certains sont devenus seulement bavards, pour tenter de compenser l’indicible. Il n’y avait pas de cellule psycho pour nous attendre a la descente du bateau, ce n’était pas encore la mode. Ils se sont bien occupés des blessés, je veux dire des blessures visibles. C’est tout. On ferme !                 hah

                                                                                                                                                                              www.hairabedian.fr

Repost 0
Published by haira - dans journal intime
commenter cet article
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 23:34

Quelqu'un semblait toquer pour sortir de quelque profondeur intime.

Ainsi  tant espéré des grandes paraboles, un signe même infime venant des galaxies.

Toc, toc-toc...toc, toc-toc...toc, toc-toc... ... ...

Qui donc frappait ainsi, que voulait on me dire?

Je suis resté les yeux ouverts, dessous la voûte noire de ma chambre discrète, écoutant cet appel du dedans, émanent de mon âge et de mes insomnies.

Craignant me rendormir et bientôt qu'il s'arrête, pour me faire l'offrande d'une  éternelle extase.                                                                           hah

 

Repost 0
Published by haira - dans journal intime
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 09:59

Un violon de cristal chapardait mes oreilles, tandis que je lisais du "Journal japonais" de Richard Brautigan*

..".elle est l'ombre d'une autre planète, en train d'être photographiée dans une pièce toute blanche...

Et dans l'instant l'ombre fut resplendissante."

Je fermais donc le livre, pour la garder fidèle, alors que la musique prenait la clef des champs.                                                                                   hah

 

*édition épuisée/ "L'incertain"

Repost 0
Published by haira - dans journal intime
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 23:02

28873038-b.jpg

En tendant bien l'oreille, les soirs ou le mistral se tait, j'entends encore ton souffle évoquant notre amour.

Si je ferme les yeux, c'est bien ta peau nacrée qui éclaire la chambre, nappée de ton parfum et des sucs indicibles.

Quand sur mes lèvres là, palpite cette rose qui ne fanne jamais et vient troubler mes rêves.  

hah

photo x

Repost 0
Published by haira - dans journal intime
commenter cet article
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 22:54

Tandis qu'il tête l'oxygène de son fragile automne,

j'observe par la fenêtre la clepsydre végétale

abandonnant feuille à feuille,

les secondes précieuses

auxquelles je m'accroche avec lui.

Une roue de chariot grince dans le couloir;

François m'a regardé en souriant quand même.            hah

Repost 0
Published by haira - dans journal intime
commenter cet article

Présentation

  • : Hairabédian,sculpteur écrivant:
  • Hairabédian,sculpteur écrivant:
  • : Henri Aram Hairabédian de midi à minuit : le sculpteur dans son atelier, le romancier à sa table de travail vous fait partager ses recherches, ses émotions et cette petite fleur dans vos sourires. L'artiste s'épanouit au quotidien par ses sculptures - pierres de garrigue, marbres - et l'écriture de ses textes - romans, poésies, nouvelles.
  • Contact

Texte Libre

Nouvelle-image.GIF

Recherche

Pages