Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 07:58

                 H.A.H. Pierre De Garrigue, 2007 " Huit petites pierres dans une neuvième"

Repost 0
Published by haira - dans sculpture
commenter cet article
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 22:13
...et voici l'instant où le petit monsieur retrouve son histoire.
Ce qu'il a tant couru pour la fuir si longtemps.
Et elle est là; La voici toute contenue dans un écho parfait.
Ce mot serré contre son coeur en d'autres horizons
de pays oubliés qu'on voudrait effacer.
Ces lettres épelées par les monts et les vents
au temps des pseudonymes et des colts 45.
Ce chant sur la Garonne, à la cime des tours
et dans les catacombes, il l'entendra toujours.
...et le petit monsieur ressemble aux immortelles.
Si mortes en effet qu'il vaut mieux les brûler.  
    
hah
Repost 0
Published by haira - dans journal intime
commenter cet article
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 07:14
La feuille tremble.
Elle n'a pas peur.
Le vent hurle.
Il n'est pas en colère.
Le mal court.
Il n'est pas pressé.
L'oiseau vole.
Il n'est pas voleur.
Le secret transpire.
Il n'a pas chaud.
La bourse plonge.
Elle n'aime pas l'eau.
Le temps passe.
Il n'est pas d'ici.

Un homme chante.
Il n'est peut-être pas très gai.
 
  hah
Repost 0
Published by haira - dans artiste
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 07:42
Il regarde les gens comme on compte les vagues.
A trop regarder loin on oublie la marée.
Et la foule l'emporte vers une île là-bas,
pour lui laisser le temps d'apprendre l'horizon.
Un dauphin est passé, comme un sourire humide,
dans un peuple identique.
Allant vers ses colères, sous la résignation. 
   hah
Repost 0
Published by haira - dans artiste
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 07:53
Ayant frappé dans ses mains,
un grand frisson habilla sa nudité quand la porte s'ouvrit.
Les dimensions, les volumes et la discrète lumière révélaient une géométrie apaisée donnant à chaque ombre, donnant à chaque pierre la valeur de l'origine et de l'immensité.
Il imaginait des outils, devinait des symboles, affinant son esprit, mesurant ses paroles.
La voûte céleste offrait aux colonnes l'instant de vérité
pour la soutenir de sagesse, force et espérance, équilibre et beauté, ainsi qu'à l'assemblée la grandeur du chantier.
Unissant les vivants et les morts il entra dans la chaîne célébrant l'arc en ciel d'une conscience pleine où même les fêlures expriment l'art de soi et l'amour de la vie, de l'instant et de l'éternité.
S'appelait-il pharaon, inca ou templier.
Rabbin ou compagnon, pasteur ou bien moine, croisé ou franc-maçon ?
Personne ne le sut.
Mais il venait vers nous, restés dans le tumulte.
Nous voir regarder loin, vers le dedans qu'on sculpte.
Il pensait être pierre et il n'est que reflet.
Il espérait comprendre et apprend qu'il ne sait.
Il est devenu libre, il a fermé les yeux.
Il est devenu Temple, il devenu vieux. Il est devenu lui, il est devenu cieux.
Il est totalité.
Le premier cri s'est apaisé.
Après le dernier souffle reste un temps de silence d'une valeur unique.
ET...

Post-face:
Une rose à la main, un enfant en riant tournait autour d'un Temple, et sans qu'il ne fit rien, devint ainsi l'exemple.


à Daniel Beresniak










Repost 0
Published by haira - dans artiste
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 09:43
Pendue à son cou cette immortelle larme en deuil;
la perle noire se balance gentiment.
Elle à ce geste élégant et suave des jeunes femmes,
quand elle la fait rouller entre ses longs et fins doigts.
Quand nos regards se croisent, elle sourie à peine,
et met la perle entre ses lèvres.
Un homme "entre deux sages" et venu la chercher.
Etre une perle noire est un joli destin.  
hah
Repost 0
Published by haira - dans journal intime
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 16:36
C'était le jour où il partit.
Je m'en souviens, comme de la première gelèe de l'hiver.
Du premier flocon de neige.
Du premier cri, du dernier souffle.
Et il partit, avec aux lèvres cette chanson dont le refrain me revient parfois ,
les jours de brûme et de mélancolie.
C'était le jour où il partit.
Alors le soir vint plus vite.
Les ombres s'allongèrent plus loin.
La nuit fut plus noire.
Il partit. Sans savoir.
Qu'il quittait aussi une part de lui-même.
Cette petite part dont je me souviens...C'était le jour...

hah
Repost 0
Published by haira - dans journal intime
commenter cet article
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 16:27
L'enfant est assis dans la terre sale devant l' H.L.M.
Il tripotte des cailloux, prend une poignèe de terre et se la met sur la tête.
Une moto passe en le frôlant.
Le rire d'un grand couillon s'éloigne avec la pétarade.
Une voix féminine crie du cinquième étage:
-Sois sage Kévin, sois sage mon trésor maman va venir bientôt.
Derrière elle un gros monsieur tout nu la prend par les épaules et l'entraine vers un matelas douteux.
Kévin aura de nouvelles chaussures.
  
    hah
Repost 0
Published by haira - dans actualité
commenter cet article
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 16:21
Trois femmes et deux hommes.
On se calme.
Nous sommes dans le salle d'attente du toubib.
Parmi les femmes, la tête penchée de côté, l'une porte un turban blanc.
 Elle à les mains croisées sur sa poitrine, comme une sainte avant le sacrifice.
 Une autre feuillette sans lire une revue froissée. Evidemment.
La  troisième semble passionnée par les textos qu'elle enchaine sur son portable doré.
L'homme à les mains posées sur ses cuisses.
Il se tient bien droit sur la chaise bancale, et tousse exactement toutes les minutes quinze.
Il a les yeux fermés et respire bruyamment. Ses lèvres tremblent à peine.
Dans la rue une ambulance passe en hurlant l'image de l'instant.
-Suivant !
C'est à moi.
- Alors, quoi de neuf monsieur Henri ?
-Non rien, ça va. C'était seulement pour mon blog.         
   hah
Repost 0
Published by haira - dans journal intime
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 07:39
Repost 0
Published by haira - dans sculpture
commenter cet article

Présentation

  • : Hairabédian,sculpteur écrivant:
  • Hairabédian,sculpteur écrivant:
  • : Henri Aram Hairabédian de midi à minuit : le sculpteur dans son atelier, le romancier à sa table de travail vous fait partager ses recherches, ses émotions et cette petite fleur dans vos sourires. L'artiste s'épanouit au quotidien par ses sculptures - pierres de garrigue, marbres - et l'écriture de ses textes - romans, poésies, nouvelles.
  • Contact

Texte Libre

Nouvelle-image.GIF

Recherche

Pages