Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 08:03







Il y a un lion vert dans la cage des hommes.
Ils hurlent plus fort que lui mais,
c'est leur silence qu'il craint.
Le voici dévorant le soleil et son ventre généreux
enfante des étoiles pour les hommes aveugles.
Il les embrasse et puis ils meurent en chantant.
Leurs esprits éternels illumine la nuit
tandis qu'un taxi rouge saigne de passagers hilares .

                          hah
Repost 0
Published by haira - dans Onirique
commenter cet article
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 22:08

                         Petits cailloux Petites pierres Petits voyoux Petit bestiaire
                      Gestes venus du fond de moi pour aller nulle autre part que vers Toi.
                                                                
             
hah
Repost 0
Published by haira - dans sculpture
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 18:16
La casquette oubliée sur un banc de ce square est une tête nue égarée
dans
la
foule.

Parmi les cheveux longs, elle roule à droite à gauche, inéluctablement
attirée
vers
les
quilles des filles alignées tout là-bas,
dans leur cage de soie.
Comme
un bowling
de luxe
ayant pignon sur rue,
à la manière d'un bordel
de mac-à-dames.
                                                                                                
 
hah
Repost 0
Published by haira - dans humour
commenter cet article
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 18:21
"Allez c'est pas si grave...et puis tu n'y peux rien.
Les souffrances des autres sont par trop tes douleurs.
C'est toi qu'il faut aimer avant, mon ami raisonneur".

Ainsi entre ses murs un prisonnier surpris du dehors ces paroles.
Et confondit les mots aux parois de sa geôle.  
   hah
Repost 0
Published by haira - dans amour
commenter cet article
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 15:31
140 milliards de dollars redistribués à Wall Street, en bonus. Ce qui m'a choqué en premier c'est 140 milliards redistribués. Pas aux pauvres non, pas a ceux qui ne peuvent plus payer leurs emprunts non, ni aux SDF cela va de soi.Aux traders; ne cherchez pas, éloignez les enfants, c'est un gros mot.
En fait c'est "BONUS" qui est terrible, car un bonus c'est un avantage servi après bénéfices.
Vous avez une idée de ces bénéfices?...Non bien sur...Moi non plus. C'est caca.
-Je veux bien entendre tous les appels à la raison, à la patience, certains invoquant même le silence comme valeur supérieure. Allez mes frères rayonnons rayonnons, et que nos lumières assèchent bien la fange dans laquelle le peuple crève.
-Arrête tonton, ça me tire sur les vergetures quand je rigole !
                            hah
Repost 0
Published by haira - dans actualité
commenter cet article
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 22:18

 Prendre une pierre, du brou de noix, de l'eau et un pinceau.
Surtout ne plus y toucher. Tout est à sa place.

Ainsi toute pierre est sculpture, toute sculpture Homme.

Tout Homme est pierre.
hah
Repost 0
Published by haira - dans sculpture
commenter cet article
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 16:41
Entendez-vous les sauvages; Leurs cris leur hargne et leurs contentements?
C'est la saison des bûcherons.
Faut qu'ça passe où qu'ça casse.
Pour un arbre coupé, combien de jeunes frênes, de petits châtaigniers seront-ils écrasés?
Entendez-vous les sauvages; Leurs cris leur hargne et leurs contentements ?
C'est la saison de la chasse.
Faut qu'ça passe où qu'ça casse.
Pour un sanglier visé, combien d'oiseaux, de biches et de chevaliers tués.
Car, c'est la saison des guerres.
Faut qu'ça passe où qu'ça casse.
Pour un homme sauvé combien d'assassinés?
Entendez-vous les sauvages;Leurs cris leur hargne et leurs contentements.
C'est la saison du foot.
Faut qu'ça passe où qu'ça casse.
Pour un but de marqué tant de plaies et de bosses, d'insultes et de démagogies.
Entendez-vous les sauvages; leurs cris leur hargne et leurs contentements.

 hah
Repost 0
Published by haira - dans humeur
commenter cet article
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 09:00
Regarde bien ce mur entre le soleil et toi.
Approche ne crains rien, regarde mieux,
Oui cette faille par laquelle passe un minuscule rayon doré.
Tu as le choix, tu  poses ta main là, et tu restes dans la nuit...
Où tu élargis la faille, tu écroules ce mur, et te voici en pleine lumière.
C'est l'histoire de toute une vie.
Mais ce mur n'est peut-être pas devant toi.
 Ou donc alors ?
 hah
Repost 0
Published by haira - dans amour
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 18:24
Ce fut le jour du brûlis des feuilles mortes.
Il était debout a surveiller d'éventuelles dissipées cherchant à s'envoler avec une rafale de mistral possible.
Il se dit, un banc, ici ce serai bien moins fatiguant et je serai tout à fait à l'aise pour philosopher sur le brasier rédempteur.
Il fit un banc.
Le lendemain en passant sous le grand chêne vert plus haut , il se dit qu'ici aussi, un banc pour avoir le temps de laisser le regard voyager vers l'horizon serait chose élégante.
 Il fit un second banc.

Le troisième jour il fit encore un banc devant son atelier pour comprendre les pierres dans leur immuable silence.
Le quatrième, le cinquième...et des bancs et des bancs recouvrirent bientôt tout son terrain.
Quand les villageois arrivèrent ils virent une pancarte:

             Ici, ce soir à 19h30 coucher de soleil gratis.
                         Nuit étoilée en seconde partie.
Repost 0
Published by haira - dans artiste
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 21:46
Elle suce son pouce comme une enfant, alors qu'elle à l'âge d'en avoir de beaux.
Nous sommes dans le métro entre Odéon et République (changement Chatelet).
Il est 7h20, le wagon est bondé de voyageurs partant travailler. Les femmes font semblant de ne pas la voir et les hommes ont le regard braqué sur son pouce entre ses lèvres. Ils ont la bouche entre ouverte, tripotent nerveusement leur journal où la regarde hypocrite dans le reflet d'une vitre. Je souhaite de toutes mes forces qu'elle tourne son regard une seconde vers moi, pour lui adresser mon plus joli sourire. Mais elle descend à Saint Michel. Des soupçons de bandaisons matinales retombent, les bouches se ferment et des pensées forgent l'idée de se venger sur monsieur Chicard le petit chef facho du service courrier...
Moi, je me dis vivement demain matin.  hah
Repost 0
Published by haira - dans humeur
commenter cet article

Présentation

  • : Hairabédian,sculpteur écrivant:
  • Hairabédian,sculpteur écrivant:
  • : Henri Aram Hairabédian de midi à minuit : le sculpteur dans son atelier, le romancier à sa table de travail vous fait partager ses recherches, ses émotions et cette petite fleur dans vos sourires. L'artiste s'épanouit au quotidien par ses sculptures - pierres de garrigue, marbres - et l'écriture de ses textes - romans, poésies, nouvelles.
  • Contact

Texte Libre

Nouvelle-image.GIF

Recherche

Pages