Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 10:04
La maison est morte.
Nous avons tout vidé.
Comme le ventre d'une volaille.
Autopsie prématurée.
Inventaire indécent.
Expertise tatillonne sordide.
 Reste maintenant le silence glacial d'une vie éteinte.
Cendre terrible.
Trace de peu.
Papier jauni, cadre qui n'est plus qu'un dessin.
Empreinte du soleil.
Poussière-souvenirs.
Tout est nettoyé.
Tout est aspiré.
Il ne reste plus rien ont-ils dit.
Ils ne savent pas voir.
Là, entre la plinthe et le mur, cette aiguille qui brille encore, ce sont tes mains sur ta couture.
Cette épingle à cheveux entre les larmes du parquet c'est ton chignon si doux si blanc par le temps caressé.
Sur la plaque du lavabo où goutte un peu de vie, cette poudre de riz qu'un seul doigt redessine c'est ton visage aimé qui s'endort pour toujours dans le reflet tendu du miroir tacheté dévoilant le chagrin d'un enfant.
Ce petit bout de laine dans l'angle d'un volet c'est ton châle frileux sur tes épaules frèles.
Un éclat de sanglot comme écho de ton rire pour avaler les larmes égarées au jardin de ton coeur.
ha
h

Partager cet article

Repost 0
Published by haira - dans journal intime
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Hairabédian,sculpteur écrivant:
  • Hairabédian,sculpteur écrivant:
  • : Henri Aram Hairabédian de midi à minuit : le sculpteur dans son atelier, le romancier à sa table de travail vous fait partager ses recherches, ses émotions et cette petite fleur dans vos sourires. L'artiste s'épanouit au quotidien par ses sculptures - pierres de garrigue, marbres - et l'écriture de ses textes - romans, poésies, nouvelles.
  • Contact

Texte Libre

Nouvelle-image.GIF

Recherche

Pages